Journée Mondiale de l'eau - Le LD31EVA met l'accent sur son Réseau de Stations D'alertes

22.03.2018

Réseau de stations d'alertes la garonne
Réseau de stations d'alertes conférence de presse
Réseau de stations d'alertes robinet
En cette journée mondiale de l'eau le Laboratoire départemental 31 EVA & le Conseil départemental de la Haute Garonne ont mis l'accent sur le Réseau des Stations d'Alertes du LD31EVA lors d'une conférence de presse à l'espace du Bazacle à Toulouse.

Le RSA, dispositif de protection de la ressource en eau potable

Réseau de stations d'alertes

En Haute-Garonne plus de 90% de l’eau consommée est d’origine superficielle (proportions inverses que sur le territoire national). Compte tenu de cette spécificité, le département de la Haute Garonne a mis en place sur son territoire, un réseau de station d’alerte (RSA) pour la protection des captages eau potable.
Ce réseau fonctionne depuis bientôt 20 ans et le retour d’expérience est riche d’informations.

Il se compose actuellement de six stations de surveillance implantées sur les cours d'eau Garonne (4), Ariège (1) et sur le canal Saint-Martory (1).

Un suivi continu 24h/24, portant sur une dizaine de paramètres génériques, permet de prévenir les autorités sanitaires ainsi que les exploitants d’unités de production d’eau potable en cas de dégradation de la qualité des eaux et/ou de pollutions accidentelles.
Des mesures peuvent ainsi être mises en œuvre pour maintenir la qualité de l’eau au robinet de l’usager.

L’exploitation du réseau de station d’alerte est effectuée par les équipes du LD31EVA (21 personnes mobilisées (ingénieurs et techniciens) pour assurer une astreinte de 4 agents 24h/24h).
Le poste central de supervision est situé dans les locaux du Laboratoire à Launaguet, des équipes d’astreintes assurent la gestion et la maintenance du réseau.

Durant la période de fonctionnement plusieurs évènements de gravités plus ou moins prononcées ont permis de démontrer l’efficacité de ce réseau. Pour exemple, La catastrophe d’AZF du 21 septembre 2001 a démontré l’importance et l’utilité du RSA dans la gestion de cette crise.

En plus de la surveillance pour pallier toute pollution ponctuelle ou accidentelle, l’autre objectif majeur du RSA réside dans la connaissance du milieu. Les mesures en continu réalisées sur ces stations permettent de connaître avec précision la variabilité de la qualité de l’eau dans l’espace et dans le temps. Près  de 1 million d’analyses réalisées sur nos 4 stations tout au long d’une année (Taux de validation de donnée proche de 90%) et près de 2000 analyses de confirmation réalisées au LD31 par an.

Quelles perspectives pour le RSA ?
La finalisation du réseau reste l’objectif premier à atteindre, conformément aux orientations fixées par le CG31 dans ses délibérations, afin que sa fonction de surveillance des eaux superficielles départementales soit efficace. Une collaboration interdépartementale doit également être recherchée avec les départements limitrophes susceptibles d’installer un réseau de stations d’alerte sur leur territoire (Tarn, Tarn et Garonne, Ariège).
La valorisation des données, déjà initiée, doit se poursuivre et se développer notamment vers les traiteurs d’eau.
Enfin, une meilleure connaissance des milieux est indispensable pour suivre la bonne atteinte écologique des masses d’eau fixée par la directive Cadre sur l’Eau.

Retour à toutes les actualités